Conçue dans ce contexte particulier de soulèvement et née du besoin impérieux des artistes de poursuivre et de confronter leurs recherches plastiques au regard du public, cette exposition est le reflet du dynamisme et de la vivacité de leurs questionnements.

Neuf artistes libanais brisent les tabous et distillent un récit se construisant entre origine, mémoire, identité et espoir. Autour de «The River », de Lara Tabet, présentant une vision au microscope des organismes de la rivière Beyrouth, les photographies se mêlent aux vidéos, la plasticité des œuvres redessine l’espace au travers de différents médiums et reflète une société unique caractérisée tant par sa diversité et ses contrastes que par la force et la liberté de sa jeune scène artistique. Cette proposition est née de la rencontre avec Marine Bougaran, commissaire d’exposition visionnaire et dynamique qui prépare, en association avec Mayssa Abu Rahal, la première biennale de l’image qui aura lieu à Beyrouth en 2021 et dont Odile Ouizeman assurera le commissariat d’un des lieux d’exposition.  

Une autre scène du Liban

Neuf artistes libanais brisent les tabous et distillent un récit se construisant entre origine, mémoire, identité et espoir.

Inscrivez-vous à notre newsletter et ne manquez plus nos

futures expositions !

Merci pour votre envoi !

© 2021 by Galerie Odile Ouizeman.